logo facebook
Connexion  Accès professionnel ▼

Professionnel, connectez-vous pour accéder à vos tarifs

Identifiez-vous


Mot de passe oublié ?

Vous être client ?
Demandez vos codes d'accès

Contactez-nous

Nous contacter

02 31 48 64 50


Avril fait la fleur,...

mercredi 12 avril 2017

Edito :

Il arrive parfois qu’une odeur me rappelle instantanément un moment de mon passé.

Quelques exemples ?

Jonquille = 1974, forêt de l’Oise

Pétunia = 1976, balcon de mes parents

Pourquoi ce préambule ? Ce mois-ci nous parlerons d’un lilas (pour moi : lilas = 1979, jardin de mes parents).  A vous, cela rappelle quoi ?



Ci-dessous deux extraits de calendriers. Ils font référence à deux époques et deux cultures bien différentes mais tous les deux se rapportent à la nature.

Calendrier républicain :

GERMINAL (21 Mars/19 Avril) : Tire son nom de la fermentation et du développement de la sève en mars et avril.

FLOREAL (20 Avril/19 Mai) : Tire son nom de l’épanouissement des fleurs d'avril en mai.

Calendrier celte :

Source : http://www.bretagne-celtic.com
Il s’agit de cycles courts (sur quelques jours). Cependant, les plantes sont présentes plusieurs fois par an dans le calendrier. Pour ce mois d'avril, il y a trois périodes :

Du 01 au 10-04 = Le sorbier
Du 11 au 20-04 = L'érable
Du 21 au 30-04 = Le noyer

Nos conseils en jardinage :

Entretien du verger :

Vous pouvez planter du kiwi (actinidia). Comme vous le savez, le fruit est « bourré » de vitamine C. Si vous souhaitez des fruits comme dans le commerce, il vous faut planter un pied mâle pour 3 à 5 pieds femelles. Pas plus ! Si vous n’avez de la place que pour deux pieds (ou si vous êtes contre la polygamie !) vous pouvez vous contenter d’un pied mâle et un pied femelle.
Si vous n’avez de la place que pour un seul pied, vous pouvez planter un kiwi auto fertile. C’est une plante monoïque [elle comporte des fleurs mâles et des fleurs femelles sur le même pied] (on est jamais aussi bien servi que par soi-même). Dans ce cas, cette plante donne plus rapidement mais des fruits plus petits.

Si vous n’aimez pas le kiwi ou bien si vous avez de la place, planter de la vigne à fruits n’est peut-être pas une mauvaise idée…

Si vous aimez la confiture, pensez à planter des « petits fruits » (cassis, groseilles, framboises, mûres…). Si vous êtes comme moi, plantez-en beaucoup, car entre la fin de la récolte et la cuisine, il y en a toujours une bonne partie qui disparaît (la part des anges ?)

Vous pouvez nettoyer le pied de vos arbres fruitiers.

Commencez la surveillance des branches, fleurs… pour intervenir si nécessaire (insectes nuisibles ou maladie).

En fin de mois, si vous plantez des tomates, vous pourrez utiliser une astuce que j’ai vue sur le web. Disposez au fond du trou de plantation des feuilles d’orties. Ça protégerait du mildiou. A côté de vos tomates, vous pouvez planter des poireaux. Le ver du poireau n’aimerait pas l’odeur des tomates. De plus il n’aime pas non plus l’ortie !

C’est également le moment de préparer votre purin d’ortie.

Gazon :

Semez les nouveaux gazons dès que les températures seront un peu plus chaudes. En attendant vous pouvez préparer votre sol.
Commencez à tondre régulièrement.
Pensez à rénover les pelouses un peu abîmées en semant un gazon de regarnissage.
Si vous ne l’avez pas encore fait, vous pouvez mettre de l’engrais (quelques jours après la première tonte), et/ou traiter contre la mousse et/ou appliquer un désherbant sélectif (s’il y a beaucoup de mauvaises herbes).

Massif :


Vous pouvez planter des rosiers en conteneur (pot). Ceux qui sont déjà en place doivent être taillés.
Commencez à placer les tuteurs qui maintiendront les vivaces à haut développement (digitale, delphinium, rose trémière…)
D’une manière générale, vous pouvez apporter de l’engrais à vos buissons, vivaces et plantes de terre de bruyère.
Je sais que ce n’est pas agréable, mais avant que ce soit devenu pénible, commencez à désherber vos massifs.
Vous pouvez les redessiner en coupant à la fourche-bêche les bordures.

Tailler oui ! Mais pas n’importe quelle plante :

Au printemps, vous pouvez tailler les buissons qui fleurissent en été et en automne, MAIS PAS CEUX QUI FLEURISSENT AU PRINTEMPS (sinon, vous n’aurez pas de fleurs ce printemps). Alors, en route, sécateur à la main, vers vos buissons, au fur et à mesure qu’ils défleurissent. Les arbustes persistants pourront également être taillés si vous le souhaitez.

Attention, ils reviennent :
Avec le redoux, nous ne sommes pas les seuls à revenir au jardin… Les limaces, escargots et autres gastéropodes font un festin des jeunes pousses. Pour lutter contre eux, Je vous redonne mes deux petites astuces :
Disposez de la cendre de cheminée autour des sujets à protéger (exemple, le potager). Une largeur de 20 cm suffit. Ils devront en baver de trop pour pouvoir passer ! Pour les petits malins déjà dans la zone, payez leur un verre de bière ! En effet, ils ne pourront y résister et tomberont dans la boisson.

Surveillez les attaques de pucerons ; pour ça, pas de solution miracle. L’une des meilleures défenses naturelles reste la coccinelle et surtout sa larve.

Larve de coccinelle

Nymphe de coccinelle

Coccinelle

Ainsi que les chrysopes (je les appelle, les demoiselles).

Œufs de chrysopes

Larve de chrysope

Chrysope


Mais n’oublions pas les forficules. Mais si, vous connaissez ! Ils nous faisaient tellement peur quand nous étions petits ! Son nom vernaculaire est « pince-oreille »

Forficule

Forficule male

Forficule femelle


Vous pouvez également laisser macérer du tabac dans de l’eau pendant 24h et pulvériser après filtration. De même, certains internautes ont essayé avec de bons résultats :
Pulvérisation d’une émulsion à l’huile d’olive.
Pulvérisation d’une solution de savon de Marseille.
Pulvérisation d’une décoction de feuilles de rhubarbe. Couper 500g de feuilles de rhubarbe en lanières, les faire macérer dans 5 litres d'eau froide pendant 24h. Ensuite faire bouillir le tout 30 minutes. Laisser refroidir puis filtrer le liquide. Conserver dans des bouteilles opaques ou à l’abri de la lumière. Ce liquide contient un acide qui paralyse les pucerons et les tue. Il est bien plus efficace que la plupart des produits chimiques.

N.B. : La lutte écologique doit se faire dès les premières attaques et de façon régulière.

GROS PLAN SUR …

Syringa x persica ‘laciniata’ :

Le lilas de Perse forme un buisson de petite à moyenne taille (1 à 1,5m). Grâce à ses mensurations, il conviendra bien pour les petits jardins mais aussi en bordure ou au premier plan de massifs.


Syringa x persica 'laciniata'


Ses branches sont fines et produisent un bois sec et dur.
Le feuillage est caduc. Il est de couleur verte et très découpé. Cela lui confère un aspect léger.


 

Un feuillage très découpé d'où son surnom de lilas à feuilles de persil

La floraison rose lilas à mauve violacé est odorante. Elle a lieu en avril/mai. Comme les lilas que vous connaissez certainement, les fleurs sont regroupées en panicules, à l’extrémité des branches. A propos de la floraison : si vous taillez trop sévèrement, vous allez renforcer le buisson mais vous risquez de supprimer la floraison de l’année suivante. Vous limiterez ce désagrément en taillant juste après la floraison, car il fleurit sur le bois de l’année précédente.


  

hampe florale et fleurs


Il aime le soleil, c’est d’ailleurs à cet endroit qu’il fleurit le plus, mais il tolère la mi-ombre.
Il se contente de presque tous les types sols, sauf ceux trop calcaires et ceux trop acides.
Il est rustique au moins jusqu’à -15°C.

Pour discuter en famille ou entre amis :

Je commence l’édito avec cette phrase : « Il arrive parfois qu’une odeur me rappelle instantanément un moment de mon passé. » je pense que nous sous-estimons la mémoire olfactive. J’aurais pu également commencer par ce célèbre extrait :

« La vue de la petite madeleine ne m'avait rien rappelé avant que je n'y eusse goûté ; peut-être parce que, en ayant souvent aperçu depuis, sans en manger, sur les tablettes des pâtissiers, leur image avait quitté ces jours de Combray pour se lier à d'autres plus récents ; peut-être parce que, de ces souvenirs abandonnés si longtemps hors de la mémoire, rien ne survivait, tout s'était désagrégé ; les formes - et celle aussi du petit coquillage de pâtisserie, si grassement sensuel sous son plissage sévère et dévot - s'étaient abolies, ou, ensommeillées, avaient perdu la force d'expansion qui leur eût permis de rejoindre la conscience. Mais, quand d'un passé ancien rien ne subsiste, après la mort des êtres, après la destruction des choses, seules, plus frêles mais plus vivaces, plus immatérielles, plus persistantes, plus fidèles, l'odeur et la saveur restent encore longtemps, comme des âmes, à se rappeler, à attendre, à espérer, sur la ruine de tout le reste, à porter sans fléchir, sur leur gouttelette presque impalpable, l'édifice immense du souvenir. »

Marcel Proust, À la recherche du temps perdu. Du côté de chez Swann, 1913.


Je ne suis pas écrivain mais pour les même raisons que vous, je réagis comme Monsieur Proust. Les souvenirs liés à l’odeur sont souvent issus des dix premières années de notre vie.

Quarante millions ! C’est le nombre de récepteurs olfactifs que nous avons dans notre cavité nasale. Depuis notre plus tendre enfance, à chaque nouvelle odeur, les neurones transmettent l’information dans une partie de notre cerveau appelé cortex olfactif et y laissent une empreinte de l’odeur. Cette partie est localisée à proximité des zones des émotions et de la mémoire (système limbique).

Ainsi, l’odeur va être identifiée dans le cortex orbito-frontal. L’association avec le sentiment qui en ressortira a lieu dans l’amygdale (siège des émotions). C’est grâce à l’action de l’hippocampe (siège de la mémoire) que les souvenirs liés à l’odeur vont ressortir.

 

Proverbes et citations :

Pluie de Saint-Hugues (1er avril) à Sainte-Sophie (25 mai) remplit granges et fournils.

ou

Pluie de Saint-Hugues [de Grenoble] remplit granges et fournils.

-----

Au moment où commence avril, l’esprit doit se montrer subtil.

-----

Comme est fait le 3, est fait le mois.

-----

A la Saint-Isidore [de Séville] (4 avril), si le soleil dore, le blé sera haut et chenu, mais le pommier sera nu.

&

Si les quatre premiers jours d’avril sont venteux, il y en aura pour quarante jours.

-----

A la Sainte-Irène (5 avril) s’il fait beau, il y aura moins de vin que d’eau.

-----

Au jour de Sainte-Prudence (6 avril), s’il pleut, s’il vente, peu après le mouton danse.

-----

Avril entrant comme un agneau, s’en retourne comme un taureau.

-----

En avril, le sureau doit fleurir, sinon, le paysan va souffrir.

-----

A Sainte-Waudru (9 avril) et Saint-Macaire [l’arménien] (10 avril), on revoit les giboulées d’hiver.

-----

Mars gris, avril pluvieux, font l’an fertile et plantureux.

-----

S’il gèle à la Saint-Stanislas (11 avril), on aura deux jours de glace.

-----

A la Saint-Jules (12 avril), mauvais temps n’est pas installé pour longtemps.

&

A Saint-Jules, les sansonnets tiennent ménage dans les clochers.

-----

Avril frais et mai chaud remplissent les granges jusqu’en haut.

-----

Si Saint-Lambert (14 avril) est pluvieux, suivent neuf jours dangereux.

&

Lorsqu’arrive la Saint-Valérien, l’arbre bourgeonne et les fruits ne sont plus loin.

-----

Quand à la Saint-Paterne (15 avril) arrive la saison, la chaleur vient pour de bon.

-----

Saint-Druon (16 avril) pluvieux, an fromenteux.

-----

Beau temps à la Saint-Anicet (17 avril) est l’annonce d’un bel été.

-----

Avril froid, pain et vin donne, mai froid les moissonne.

-----

Lune d’avril ne passe pas sans gelée.

-----

A Sainte-Théodore [Trichinas] (20 avril) fleurit le bouton d’or.

-----

Tel temps à la Saint-Anselme [de Cantorbéry] (21 avril), tel temps pendant une semaine.

&

A Saint-Anselme, dernières fleurs sème.

-----

Pluie le jour de Sainte-Opportune (22 avril), ni cerises, ni prunes.

&

Pour Saint-Agapit, si tu ne veux pas suer, enlève tes habits.

&

A la Saint-Léonide le blé pousse rapide.

-----

Quand il pleut le jour de Saint-Georges (23 avril), sur cent cerises, on a quatorze.

&

Saint-Georges et Saint-Marc (25 avril) sont réputés saints grêleurs.

&

Si mouillée est la Saint-Georges, les cerises lui restent dans la gueule.

-----

Entre Georges et Marquet, un jour de l’hiver se met.

-----

Saint-Marc mouillé au petit jour, c’est de la pluie pour tout le jour.

&

A la Saint-Marc, s’il tombe de l’eau, il n’y aura pas de fruits à couteau.

-----

Le vin d’avril est un vin de dieu, le vin de mai est un vin de laquais.

-----

A la Sainte-Zita (27 avril), le froid ne dure pas.

-----

Caprices d’avril font tomber les fleurs et trembler les laboureurs.

-----

Pluies de Saint-Hugues [de Cluny] (29 avril) à Sainte-Sophie remplissent les granges et les barils.

-----

Saint-Eutrope (30 avril) mouillé, cerises estropiées.

&

A la Saint-Robert [de Molesme] tout arbre est vert.

-----

En avril, ne te découvre pas d’un fil, en mai, fais ce qu’il te plait !

-----

Avril a trente jours. Si trente et un il y avait, personne ne s’en plaindrait

-----

Avril fait la fleur, mai en a l’honneur.

 

Notre site internet est ouvert 24h/24h et 7j/7j : www.pepinieres-ramette.com

TOUTE L’EQUIPE VOUS SOUHAITE UN BON MOIS D’AVRIL.

NOUS RESTONS À VOTRE DISPOSITION POUR D’AUTRES RENSEIGNEMENTS.

LE POINT DE VENTE DES PEPINIERES RAMETTE EST OUVERT TOUS LES JOURS DE 8H30 À 12H00 ET DE 14H00 A 18H30, SAUF LE DIMANCHE ET JOURS FERIES.